presentation
  access
  management
  job opportunities
  teaching resources
  publications
  contacts
  Morphogenesis, Signaling, Modeling
  Dynamics and Expression of plant Genomes
  Adaptation of Plants to the Environment
  Reproduction and Seeds
b
  Plant cell wall, function and utilization
  administrative team
  communication
  informatics
  workshop
  kitchen
  store
IJPB
blanc msm blanc deg blanc ape blancrg blancrg
blanc iNRA
présentation pôles laboratoires communs services communs intranet liens actualité
 

 

 

 

HISTORIQUE DU LABORATOIRE :

L’unité de Nutrition azotée des plantes est historiquement le premier laboratoire du Département de Biologie végétale de l’INRA. Il a été fondé en 1957 par Y. Coïc, Directeur de Recherche du Département d’Agronomie. Cette unité a été intitulée tout d’abord laboratoire de « Nutrition minérale des Plantes » et s’occupait essentiellement de nutrition minérale, nutrition nitrique et ammoniacale et effet sur la croissance et les équilibres anions/cations. Par la suite, cette unité a développé des recherches appliquées sur la nutrition hydroponique des plantes directement avec les professionnels. Les solutions utilisées couramment en hors sols, les solutions Coïc-Lesaint, sont très connues.

En 1976, E. Jolivet prend la direction de l’Unité qu’il intitule laboratoire de « Nutrition des plantes et Métabolisme ». Il y introduit des approches métaboliques : métabolisme des acides organiques, des sucres et des acides aminés, en relation avec les grandes fonctions (respiration, photosynthèse, nutrition minérale, dormance, floraison, etc…). Le laboratoire conduit simultanément des recherches fondamentales (photosynthèse par exemple avec l’arrivée de J.F. Morot-Gaudry) et des recherches appliquées conduites en collaboration avec des organisations professionnelles (Fédération nationale des Producteurs d’Endives, Société GOEMAR, etc…).
En 1987, J.F. Morot-Gaudry développe des approches concernant essentiellement le métabolisme carboné et azoté. L’Unité est dénommée « Laboratoire du Métabolisme » et bénéficie très rapidement de nouveaux chercheurs. Les domaines de la photosynthèse sont pris en charge par C. Foyer. Les domaines de la nutrition azotée sont développés essentiellement par B. Hirel qui y apporte les aspects moléculaires. Le laboratoire par ses publications nombreuses et de qualité est reconnu internationalement. Les recherches de type appliqué sont conservées et menées par J.F. Morot-Gaudry et A. Limami essentiellement sur la vigne et la chicorée. Les aspects agronomiques liés à la grande expérience du laboratoire en nutrition minérale sont poursuivis par I. Quilleré (contrats avec la COGEMA, GOËMAR, etc…).
En 1999, restructuration du laboratoire et création du Laboratoire de la « Nutrition Azotée des Plantes ».

 

LES INSTALLATIONS EXPERIMENTALES :

Le dispositif expérimental a été créé au début des années 1960. La serre de type chapelle construite en 1961, dite « serre au plateau tournant » (photos 1 & 2) a servi aux premières expérimentations des solutions Coïc-Lesaint. Cette serre a été complètement rénovée en 1991 puis mise en conformité S2 pour la culture de plantes transgéniques. Actuellement la serre comporte trois compartiments dont deux sont utilisés comme serre (180 m2 chacun) et un qui abrite les enceintes climatiques (150 m2). Ce compartiment ainsi qu’un des deux compartiments serre sont en conformité S2. Les phytotrons, de taille variable, sont au nombre de 8 et représentent de l’ordre de 40 m2 de surface de culture dans des conditions variées (photo 3).

 

De part les recherches menées, l’Unité a toujours porté beaucoup d’intérêt aux installations expérimentales et a formé et bénéficié d’un personnel extrêmement compétant qui a toujours su utiliser au mieux les serres et les chambres de culture. A titre d’exemple certaines chambres de culture ont permis de réaliser dès les années 1980 des expériences de marquage 13C et 15N sur plantes entières tout en contrôlant tous les paramètres climatiques et de nutrition, en particulier le teneur en CO2 et le rapport 12C/13C (Plant Physiol. 1990). Un système original combinant un élevage de poissons et la culture de tomates et de laitues a permis de montrer que les déjections des poissons pouvaient nourrir les plantes qui épuraient l’eau d’élevage ; un complément minéral minimal et un apport d’eau compensant les pertes par évapotranspiration étaient suffisants pour faire fonctionner l’écosystème (Agriculture, Ecosystems & Environment, 1993). Enfin un système ingénieux, utilisant les méthodes mises au point par Coïc et Lesaint a permis de transformer les eaux d’extraction de minerais d’uranium en solutions nutritives (Contrat COGEMA). En outre, depuis 1990 un membre du laboratoire représente le Chef du Département de Biologie Végétale au sein de la commission des matières fertilisantes et des supports de culture, auprès du Ministère de l’Agriculture.

Ces installations et ces compétences sont très appréciées et indispensables en ce début de l’ère de la génomique où les conditions de culture doivent être parfaitement contrôlées.

 

 

 
 presentation
 access
 contact
 research groups
 publications

 


© INRA 2010
home IJPB