généralités
  accès
  comité de direction
  offres d'emploi
  enseignements
  publications
  Contacts
  morphogenèse, signalisation, modélisation
  dynamique et expression des génomes
  adaptation des plantes à leur environnement
  reproduction et graines
  paroi végétale, fonction et usage
  secrétariat
  communication
  informatique
  atelier
  laverie
  magasin
IJPB
msm deg ape rg pave
iNRA
présentation pôles Observatoire du Végétal services communs intranet liens actualité


top
Arabidopsis thaliana : espèce modèle de biologie végétale

Arabidopsis thaliana
A gauche, la plante à l’état végétatif, avant l’apparition de la hampe florale (en bas à gauche). Au centre plante adulte au stade floraison/fructification. A droite, fleur, hampe florale et graines. Les barres blanches représentent 1 cm, sauf dans le cas de la fleur et des graines où elles représentent 1 mm.
Arabidopsis thaliana , petite espèce herbacée appartenant à la famille des Crucifères (Figure), est devenue depuis une vingtaine d’années l’espèce de plante la plus utilisée dans les laboratoires de biologie végétale. Cette espèce, décrite par Johannes Thal au seizième siècle, a intéressé les généticiens dès la fin du dix-neuvième siècle, le premier mutant ayant été décrit en 1873. Les travaux de F. Laibach et de ses élèves dans les années 1910-1950 ont donné lieu aux premières collections d’isolats naturels (traditionnellement appelés écotypes) et de mutants induits artificiellement. Par la suite, leurs successeurs (notamment G. Redei) ont largement contribué à populariser cette espèce dans la communauté scientifique. La véritable adoption à grande échelle de ce modèle d’étude date pourtant du début des années 1980, qui ont vu une véritable explosion des travaux menés sur Arabidopsis, tant au niveau de la biochimie et de la physiologie qu’au niveau de la biologie du développement. Peu après, les approches de génomique se sont emparées de cette espèce qui présente des avantages incontestables pour l’étude de la structure et du fonctionnement des génomes végétaux.

 


© INRA 2010
retour page d'accueil IJPB