généralités
  accès
  comité de direction
  offres d'emploi
  enseignements
  publications
  Contacts
  morphogenèse, signalisation, modélisation
  dynamique et expression des génomes
  adaptation des plantes à leur environnement
  reproduction et graines
  paroi végétale, fonction et usage
  secrétariat
  communication
  informatique
  atelier
  laverie
  magasin
IJPB
msm deg ape rg pave
iNRA
présentation pôles Observatoire du Végétal services communs intranet liens actualité


top

 

Séminaires
___

____________________________________________________

Jeudi 23 mars 2017

_______________________________________________
_____

14h00
Grande salle de réunion Bât.7
Séminaire Visiteur IJPB

Dr. Mireille BETERMIER
(Réarrangements programmés du génome, Institut de Biologie Intégrative de la Cellule (I2BC), CNRS, Gif/Yvette)

Developmentally programmed dynamics of the somatic genome in the ciliate Paramecium

Invitée par Mathilde Grelon
Contact :
Affiche
Date limite d'Inscription obligatoire 22/03/17
pour les extérieurs au site INRA de Versailles

____________________________________________

Lieu des séminaires sauf indication contraire
____________________________________________

Amphithéâtre de Versailles, Bât. 10
INRA Centre de Versailles-Grignon
Route de St Cyr (RD10)
78026 Versailles Cedex
_______________________________

Page Intranet séminaires


 

Raphaël Mercier, lauréat du Laurier INRA défi scientifique 2016

Raphaël Mercier, jeune Directeur de recherche de son équipe "Mécanismes de la méiose & apomixie", groupe "Méiose et recombinaison" MeioRec du pôle thématique DEG "Dynamique et Expression des Génomes", s'est très tôt spécialisé sur la méiose (mécanisme universel permettant de brasser et de distribuer les chromosomes au cours de la formation les cellules reproductrices). Après s'être passionné pour la génétique dès le collège, il a contribué depuis 2003, dans le groupe MeioRec, à la caractérisation d’une soixantaine de gènes impliqués dans la méiose ayant eu un grand retentissement dans le domaine végétal. Axel Kahn, Président du comité d'éthique Inra-Cirad-Ifremer, lui a remis le Laurier Défi scientifique 2016 de l'INRA lors de la 11ème cérémonie des Lauriers INRA du 13 décembre 2016.

Raphaël Mercier nous explique : « Les gènes impliqués dans la méiose sont remarquablement bien conservés entre les organismes : levure, plante, souris, homme… Ainsi, identifier les gènes chez la plante modèle Arabidopsis thaliana donne accès à leurs équivalents chez les autres espèces, tout en étant beaucoup plus facile ». Petit à petit, éteindre des gènes chez une plante et en observer les conséquences dans la descendance, permet de comprendre à quoi servent ces gènes lors de la méiose, cœur de l'hérédité et question centrale en biologie. Comment les chromosomes se mélangent, mieux comprendre leur brassage et en contrôler la distribution a des applications directes sur les approches d'amélioration des plantes. Son travail et celui du groupe MeioRec a très largement contribué à mieux appréhender ces mécanismes fondamentaux en s'attachant au transfert de ces connaissances aux plantes cultivées telle que la pomme de terre. Ses travaux de recherche fondamentale débouchent ainsi sur des découvertes aux applications décisives, à l’orée d’une révolution en sélection végétale.
Le contexte de stimulation d'un groupe de recherche soudé d'une trentaine de personnes aujourd'hui et d'infrastructures IJPB uniques pour cultiver et étudier les plantes (serres, chambre de culture et plateformes de l'Observatoire du végétal) sont favorables à une recherche de pointe. Ses travaux de recherche ont été récompensés par de nombreux prix et distinctions scientifiques, ceci à partir de son doctorat. Ses travaux sur l'apomixie (voir l'actualité IJPB : Une nouvelle façon de cloner les plantes) ont fait partis des 10 découvertes de la revue La Recherche pour l'année 2011. Une bourse « Starting Grant » 2011 du Conseil européen de la recherche (ERC) dotée d'un financement sur 5 ans (2012-16) lui a permis de développer ses travaux et son équipe.

A l'avenir, le rêve de Raphaël est de percer de nouveaux mystères de la génétique dont le fonctionnement nous est encore inconnu. Par exemple une des questions qui aujourd'hui le tient en haleine est la suivante. Pourquoi, lors d'une méiose, quel que soit l'organisme, les échanges de fragments de chromosomes (crossing-over) sont en moyenne limités à 2 dans une cellule, alors qu'il a montré que 10 crossing-over permettent une reproduction qui se déroule sans encombre ?

Pour en savoir plus :
Reportage : vidéo à l'IJPB réalisé à cette occasion : Raphaël Mercier, les grandes énigmes de la génétique végétale
Portrait de Raphaël Mercier : Le noyau dur de la cellule
Lauriers INRA 2016
: Discours d'Axel Kahn et de Raphaël Mercier suite à son portrait
Actualités IJPB :
Une nouvelle façon de cloner les plantes
Une avancée scientifique majeure en biologie : MiMe, comment transformer la méiose en mitose ?

14 décembre 2016


Reproduction : Identification chez les plantes d’une pièce manquante du puzzle de la recombinaison méiotique


Au cours de la reproduction sexuée, la recombinaison méiotique est initiée par la formation de nombreuses cassures de l’ADN. l'équipe IJPB, INRA de Mathide Grelon et Christine Mézard, en collaboration avec l’Université Paris Diderot et l’Institut Pasteur, a identifié MTOPVIB, une protéine longtemps recherchée du complexe enzymatique responsable de cette étape. Cette découverte apporte un nouvel éclairage sur les mécanismes moléculaires de la reproduction, elle est publiée le 26 février dans Science.

Etape clé de la méiose, la recombinaison méiotique permet le brassage de l’information génétique et la répartition équilibrée des chromosomes parentaux lors de la formation des gamètes. Elle est initiée par la formation d’un très grand nombre de cassures double-brin de l’ADN chromosomique. Depuis la fin des années 1990, il est communément admis que leur formation est catalysée par une protéine spécifique, SPO11.

SPO11 est apparentée à la sous-unité A de protéines d’archées, les topoisomérases VI (ou TopoVI), lesquelles régulent la topologie de l’ADN. Les TopoVI sont actives sous forme de tétramères composés de deux sous-unités A et de deux sous-unités B. Chez la plante modèle Arabidopsis thaliana, ce sont deux protéines apparentées à la sous-unité A, SPO11-1 et SPO11-2, qui sont nécessaires à la formation des cassures double brin de l’ADN. Jusqu’à présent, aucune protéine homologue à la sous-unité B et impliquée dans la formation des cassures double-brin n’a pu être identifiée.

Une nouvelle protéine responsable des cassures double-brin d’ADN
L'équipe IJPB, INRA de Mathide Grelon et Christine Mézard, en collaboration avec l’Université Paris Diderot et l’Institut Pasteur, a exploré une collection de mutants d’A. thaliana dont la fertilité et le développement des gamètes mâles et femelles étaient affectés. Ils se sont plus particulièrement intéressés à l’un d’entre eux qui présentait une méiose défectueuse. L’analyse de ce mutant a permis aux scientifiques d’identifier une nouvelle protéine responsable des cassures double-brin de l’ADN. Très conservée chez les plantes à fleurs, elle présente des homologies structurales très significatives avec la sous-unité B des TopoVI d’archées et a été nommée en conséquence, MTOPVIB (en anglais Meiotic TOPoisomerase VIB-like).

MTOPVIB, indispensable à l’interaction entre SPO11-1 et SPO11-2
La similarité de SPO11 (11-1 et 11-2) avec la sous-unité A de TopoVI et celle de MTOPVIB avec la sous-unité B de TopoVI a conduit les chercheurs à analyser les relations entre ces protéines. Ils ont ainsi mis en évidence que MTOPVIB interagit avec les extrémités N-terminales des protéines SPO11-1 et SPO11-2, permettant la formation d’un complexe entre ces dernières.
Forts de ces observations, les scientifiques proposent que le complexe catalytique nécessaire à la formation des cassures double–brin au cours de la méiose adopte une configuration semblable à celle du complexe TopoVI des archées et implique deux sous-unités MTOPVIB et deux sous-unités SPO11 (SPO11-1 et SPO11-2). Ce complexe aurait ainsi évolué à partir d’un complexe originel, présent chez les ancêtres communs des eucaryotes et des archées.

Ces travaux, au-delà du fait qu’ils aient permis de caractériser une nouvelle protéine de cassure double-brin de l’ADN, MTOPOVIB, montrent que celle-ci a un rôle crucial dans l’assemblage du complexe catalytique qui préside à cette étape. Ils éclairent d’un jour tout à fait nouveau les mécanismes moléculaires et évolutifs qui interviennent au cours des premières étapes de la méiose.

Nathalie Vrielynck, Aurélie Chambon, Daniel Vezon, Lucie Pereira, Liudmila Chelysheva, Arnaud De Muyt, Christine Mézard, Claudine Mayer, Mathilde Grelon. A DNA topoisomerase VI-like complex initiates meiotic recombination. Science.351(6276):939-43. doi: 10.1126/science.aad5196 (PubMed Abstract)

Contact(s) scientifique(s) :

Mathilde Grelon (01 30 83 33 08) Institut Jean-Pierre Bourgin (Inra, AgroParisTech)

Contact(s) presse :
Inra service de presse (01 42 75 91 86)
Département(s) associé(s) :
Biologie et amélioration des plantes
Centre(s) associé(s) :
Versailles-Grignon

Plus d'info : conmmuniqué de presse INRA

26 février 2016


WG2 meeting of the COST FA1306
Diving into integrative cell phenotyping through “omics”
1er-2 Février 2016

Institut Jean-Pierre Bourgin, INRA, Versailles


 

Colloque de l'action européenne concernant la Recherche de variétés tolérantes - Phénotypage multi-échelles sur la période 2014-2018 ("European cooperation in Science and technology : The quest for tolerant varieties - Phenotyping at the plant and cellular level", EU COST Action FA1306). Ce colloque est co-organisé par l'IJPB. Il concerne le Groupe de travail 2 "the Work Group 2 - Phenotyping at the cell level".
Cette action s'est donnée pour but principal de créer un réseau réunissant l’expertise scientifique et technique de 28 pays dans les domaines de l’analyse d’images à haut débit, de la modélisation de la croissance des plantes, de la génomique, de la transcriptomique, de la protéomique et de la métabolomique.

 

 

Organisateurs, Comité local :
Sylvie Coursol (Institut Jean-Pierre Bourgin)
Michel Zivy (UMR de Génétique Quantitative et Evolution - Le Moulon)
Martine Gonneau (Institut Jean-Pierre Bourgin)
Loïc Rajjou (Institut Jean-Pierre Bourgin)
Julie Fievet (UMR de Génétique Quantitative et Evolution - Le Mouloe)
Thierry Chardot (Institut Jean-Pierre Bourgin)
Christian Meyer (Institut Jean-Pierre Bourgin)

Programme

More information on the Meeting
Plus d'info : évènement, Internet Centre INRA Versailles-Grignon

janvier 2016


Le laurier d’impact de la recherche agronomique 2015 récompense le "groupe colza"


Pour cette 10ème édition des Lauriers de l'INRA, le "groupe colza", de plus de 50 scientifiques a été récompensé pour 40 ans de recherches qui ont eu un impact mondial remarquable en agriculture.Ce prix a été reçu par 6 membres du groupe au nom de tous, dont Françoise Budar, directeur de recherche, responsable de l'équipe "Organites et Reproduction" du pôle "Reproduction et graines" et Georges Pelletier, directeur de recherche émérite INRA, directeur de la Station de génétique et amélioration des plante (1991-99), une des unités fondatrices de l'IJPB. Les travaux de Françoise Budar, Sandrine Bonhomme et Georges Pelletier concernant la stérilité mâle cytoplasmique ont joués un rôle essentiel dans la sélection variétale des hybridesde colza. D'autres scientifiques de L'IJPB, ou précédement de la Station de génétique et d'amélioration des plantes ou du Laboratoire de biologie cellulaire tels que Hakim Mireau, Yann Duroc, Madina Ferault, Marie-Christine de France, Mathilde Grelon, Catherine Primard et Magalie Uyttewaal participent ou ont participés à ces travaux.

 

 

 


Pour en savoir plus :
Groupe colza, la fine fleur, nos métiers, reportage et vidéo
Le colza, à force de synergies
10e édition des Lauriers de l’Inra, communiqué de presse 8/12/15

9 décembre 2015


Loïc Lepiniec, prix Jean Dufrenoy


Directeur de recherche INRA dans l'équipe "Développement et qualité des graines" SEEDEV du pôle "Reproduction et graines", Loïc lepiniec est distingué pour son dynamisme et son implication tant dans la recherche de très haut niveau (sur le développement de la graine et l’utilisation des biotechnologies végétales), que dans la gestion des collectifs et de l’enseignement. Sa vision prospective des sciences du végétal est aussi saluée par ce prix. Il dirige également le laboratoire d’Excellence Saclay Plant Sciences. Il participe au développement du département des Sciences du Vivant de la nouvelle Université Paris-Saclay et enseigne la biologie à l’École Polytechnique.

 


Son portrait

2 octobre 2015



Daniel Vezon, médaille de vermeil de l'Académie d'Agriculture de France


Daniel Vezon, Assistant-ingénieur INRA dans l'équipe "Mécanismes de la recombinaison méiotique", groupe "Méiose et recombinaison" du pôle "Dynamique et expression des génomes" a reçu le Diplôme de Médaille de Vermeil de l'Académie d'Agriculture de France au cours de la séance solennelle du 1er octobre 2014. Elle récompense sa carrière qui l'a mené de l'expérimentation au champ à la biologie cellulaire en laboratoire. Ses travaux en biologie cellulaire auprès des chercheurs depuis 1992 ont été un investissement décisif dans les progrès spectaculaires de la connaissance de la recombinaison et de la méiose chez les plantes.

 

 

3 octobre 2014



Philippe Guerche, prix de de la fondation Limagrain


Philippe Guerche, Directeur de recherche INRA dans l'équipe "Homéostasie lipides-protéines dans la graine" du pôle "Reproduction et Graines", Directeur adjoint de L'Institut Jean-Perre Bourgin (IJPB), a reçu le prix de la Fondation Limagrain au cours de la séance solennelle du 25 septembre 2013 à l’Académie d’agriculture de France. Ce prix annuel récompense des recherches réalisées en amélioration des plantes. Il récompense son engagement pour aborder des thématiques de recherche inexplorées et son expertise en matière de biotechnologies végétales au service de l’amélioration des plantes.
Philippe Guerche, précédemment à la création de L'IJPB en 2010, était directeur de l'unité de Génétique et d'Amélioration des Plantes, une des unités fondatrice de l'IJPB.

 

 

 

octobre 2013


6th European Workshop on Leaf Senescence
14 -18 octobre 2013, Versailles, INRA

La sénescence des feuilles, pétales et siliques est définie par un ensemble de symptômes macroscopiques et microscopiques qui apparaissent lors du vieillissement de ces organes. Il s’agit d’un processus hautement régulé. Essentielle à la gestion nutritionnelle et à l’adaptation des plantes à leur environnement, elle contribue au recyclage et à la redistribution des ressources nutritionnelles au niveau de la plante entière. Du point de vue agronomique, l’efficacité de remobilisation de l’azote au cours de la sénescence foliaire fait partie des critères de sélection variétale en raison de l’impact sur les rendements et la qualité des semences et des graines.
Le 6ème « European Workshop on Leaf Senescence » abordera ce sujet sous de multiples facettes en s’intéressant :
- aux signaux, facteurs et voies de régulation impliqués dans le contrôle de la sénescence
- à l’impact du vieillissement et de la sénescence sur le métabolisme des plantes et les voies de biosynthèse des nutriments
- au rôle de l’autophagie dans l’expression de la sénescence
- à l’impact de la sénescence sur la gestion nutritionnelle des plantes
aux relations entre sénescence et mort cellulaire programmée.

Programme

Organisateurs :
Céline Masclaux-Daubresse ( Institut Jean-Pierre Bourgin (IJPB), INRA, Versailles)
Karin Krupinska (Christian-Albrechts-University of Kiel , Germany)
Michèle Reisdorf-Cren (UVSQ, IJPB, INRA, Versailles) 
Pr. Jean-Christophe Avice (Université de Caen Basse Normandie, INRA, France)
Kohki Yoshimoto ( IJPB, INRA, Versailles) 
Fabien Chardon ( IJPB, INRA, Versailles) 

Pour plus d'information :
visiter le site :
6th European Workshop on Leaf Senescence

 

octobre 2013


Formation d'étudiants européens par la recherche
Initial Training Network Croplife
Etude de la remobilisation de l’azote et de la protéolyse au cours de la sénescence foliaire chez l’orge
4 - 15 juin 2012, Versailles, INRA

Dans le cadre du projet Croplife de l'ITN (Initial Training Network) européen, 9 étudiants ont été accueillis par l'équipe "Signalisation et recyclage nutritionnel" du pôle "Adaptation des plantes à l'environnement" de l'Institut Jean-Pierre Bourgin (IJPB) sur le site INRA de Versailles, du 4 au 15 juin 2012. Ce programme regroupe 9 laboratoires de recherche. Durant ses trois années, un large choix de cours, réunions et séminaires est proposé aux étudiants de ces laboratoires. Au cours de ces deux semaines à Versailles, les étudiants ont pu bénéficier des structures d'enseignement et scientifiques de l'IJPB, en particulier les plateformes de cytologie et imagerie végétales (PCIV), et de chimie du végétale (PFCV).

 

 

 

Programme et liste des étudiants (fichier .pdf)

Contacts :
Michèle Reisdorf-Cren :
Céline Masclaux-Daubresse :



juin 2012



Le projet « Biomasse pour le Futur » sélectionné pour la seconde vague des « Investissements d'avenir »

 


 

Biomasse pour le Futur (BFF) a un double objectif : (1) Mettre en oeuvre des filières locales et rentables de production et de valorisation de biomasse ligno-cellulosique telles que la production de matériaux de construction, de bioplastiques, combustion et méthanisation à partir du miscanthus (nord de la France) et du sorgho (sud de la France). (2) Développer de nouvelles variétés et de systèmes de culture de miscanthus et de sorgho avec un rendement amélioré, une qualité adaptée aux applications industrielles (biocarburants et chimie verte inclus) et un faible impact environnemental. Le projet est doté de 10 millions d'Euros pour une durée de 8 ans. BFF regroupe 24 partenaires privés et publics, il est coordonné par l'Institut Jean-Pierre Bourgin, l’un des plus grands pôles de recherche européens dans le domaine de la biologie des plantes.

 

 

BFF s’appuie sur une approche multidisciplinaire alliant modélisation, biologie des systèmes, génétique, génomique et science des matériaux pour définir l'architecture et la composition des plantes les plus adaptées à l’utilisation de la biomasse comme source de carbone renouvelable.

BFF contribuera à la valorisation des terres agricoles"marginales", et à la mise en œuvre d'une nouvelle économie verte locale avec l’ensemble des parties prenantes sur un territoire dédié. Il générera des bioproduits industriels dans un contexte d’agriculture durable.

BFF se développe en synergie avec des projets de bioraffinerie en France (BioTfuel et Futurol) et des projets au niveau européen (Sunlibb, Optimisc, Sweetfuel). Ce projet est labellisé par le Groupement d’Intérêt Scientifique Biotechnologies Vertes, le pôle de compétitivité Industrie et Agro-Ressources (IAR), celui concernant R&D Automobile et Transports publics Mov'eo et enfin le pôle de compétitivité de la ville durable et des éco-technologies urbaines Advancity.

Partenaires :
INRA, CIRAD, Armines/Ecole des Mines de Paris, Addiplast, Aelred, Agri-Obtentions, IngeConcept, A3I, Arvalis, Ciments Calcia, Eurosorgho, Faurecia, Phytorestore, PSA Peugeot Citroën, RAGT 2n, BES, Communautés d’agglomération 2 Rives de Seine (78) et Marne et Gondoire (77) dans neuf régions : l’Ile-de-France, la Picardie, la Champagne-Ardenne, le Languedoc-Roussillon, l’Auvergne, le Centre, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées et Provence-Alpes-Côte.

Contact : coordinateur Herman Höfte

Pour plus d' information :
Site Biomass for the future

mars 2012


Archives Actualités : 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004

 

 

 

 

 


© INRA 2010
retour page d'accueil IJPB