généralités
  accès
  comité de direction
  offres d'emploi
  enseignements
  publications
  Contact
  morphogenèse, signalisation, modélisation
  dynamique et expression des génomes
  adaptation des plantes à leur environnement
  reproduction et graines
  paroi végétale, fonction et usage
  cytologie et imagerie végétale
  biochimie
  chimie du végétal
  phénotypage arabidopsis
  ressources arabidopsis
  ressources brachypodium
  secrétariat
  communication
  informatique
  installations expérimentales
  atelier
  laverie
  magasin
IJPB
msm deg ape rg pave
iNRA
présentation pôles laboratoires communs services communs intranet liens actualité


top

Olivier Loudet a reçu le Laurier Jeune chercheur INRA 2009

Olivier Loudet, chargé de recherche de la Station de Génétique et Amélioration des Plantes a été honoré par le Laurier Jeune chercheur INRA 2009. Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, lui a remis cette distinction, lors d'une cérémonie le 22 septembre 2009. Ce généticien passionné a choisi d'étuder la variabilité et l'adaptation au milieu chez la plante. Cette thématique l'a amené en 2009 à être précurseur dans la mise en évidence d'un mécanisme d’apparition de nouvelles espèces chez les plantes (voir l'actualité IJPB). Ce mécanisme n'était jusque là qu'au stade de théorie dans le monde végétal.

Agronome de formation, Olivier Loudet a d'abord travaillé sur le maïs pour ensuite étudier la plante modèle : l'arabette des dames (ou Arabidopsis thaliana). Attaché au départ à l'étude de plantes d'intérêt agronomique, il est désormais convaincu de l'intérêt d'étudier cette plante modèle pour laquelle de nombreux outils très puissants ont été développés. Une acquisition de nombreuses connaissances nouvelles est ainsi rendue possible. Pour sa part, avec son équipe, ces nouvelles connaissances concernent les mécanismes biologiques fontamentaux d'adaptation aux contraintes du milieu, par exemple la sècheresse. Il est cependant resté un homme de terrain, allant récolter dans la nature des arabettes sauvages (Asie Centrale, Italie...). Ces plantes sauvages représentent de nouvelles sources de diversité génétique d'adaptation à des milieux extrêmes.
Il a souligné l'importance du travail d'équipe et de ses "maîtres", sans lesquels, rien ne serait aujourd'hui possible. " Merci à mon Institut [...] de me soutenir dans ce qui est aujourd'hui un luxe : prendre le temps de se poser des questions, juste parce que c'est intéressant et pas nécessairement parce que c'est rentable." concluait son discours. Sa publication en janvier 2009 sur un mécanisme de création de barrières de reproduction au sein d'une espèce végétale est le fruit de cette démarche (voir l'actualité IJPB).
Il vient aussi de recevoir en 2009 une bourse de financement du Conseil européen de la recherche pour son projet Decode ( "Decoding the complexity of quantitative natural variation in Arabidopsis thaliana"). Ce financement de plus d' 1,7 million d'Euros sur 5 ans va lui permettre de consolider son équipe pour atteindre une taille compétitive à l'échelle internationale.

Pour en savoir plus:
Reportage : film au laboratoire réalisé à cette occasion
L'écouter : Arabidopsis, une plante modèle, Info sciences, France info, 23 septembre 2009
Son portrait
Son discours
Films de remise du Laurier : 1ère partie-Valérie Pécresse, 2ème partie-Olivier Loudet

septembre 2009


 

Colloque PLANTnet PARIS

From Plant Genomes to Sustainable Agriculture

19 et 20 octobre 2009, INRA, Versailles

 

Les laboratoires de biologie végétale du réseau PLANTnet PARIS du sud francilien organisent leur second colloque "From Plant Genomes to Sustainable Agriculture". Les conférences couvriront les dernières avancées scientifiques concernant les relations structures-fonctions de la plante en interaction avec son environnement. Des posters illustreront l'ensemble des ressources biologiques (outils génétiques et moléculaires,...) et des plates-formes technologiques (génomique, protéomique, métabolomique, biologie cellulaire,...) offertes par le réseau.

Inscription gratuite mais obligatoire jusqu'au 1er octobre sur le site PLANTnet PARIS

Programme (.pdf file)

septembre 2009


Biologie végétale : Croissance et développement

Sous la direction de Jean-François Morot-Gaudry et Roger Prat, Isabelle Bohn-Courseau, Marc Jullien, François Parcy, Catherine Perrot-Rechenmann, Michèle Reisdorf-Cren, Luc Richard, Arnould Savouré
Collection Sciences Sup

Cet ouvrage traite des aspects physiologiques et moléculaires de la croissance et du développement des plantes. En quelques chapitres très didactiques, les auteurs mettent en avant les dernières avancées scientifiques du domaine. Ce second volume de cours vient à la suite du tome Nutrition et métabolisme. Il s'adresse plus particulièrement aux étudiants de licence, CAPES, pharmacie et IUT.

Des spécialistes du domaine exposent les acquis les plus récents de la biologie cellulaire et de la génétique moléculaire des plantes : croissance végétative, organogénèse, floraison, relation entre milieu physique et biologique. L'accent est mis sur les communications internes à la plante (médiateurs chimiques, hormones) et celles existant entre la plante et son environnement. Clair et concis, très illustré, le cours est enrichi par des encarts apportant quelques compléments techniques ou historiques. Des questions de révision en fins de chapitres avec leurs corrigés permettent un test des connaissances. Vingt trois annexes sur le site web de l’éditeur, illustrées de nombreuses figures et photos en couleurs, complètent cet ouvrage. Certaines correspondent à de véritables "mini-chapitres" comme "Fruits", "Mort cellulaire", "Microtubules".... De nouveaux compléments en ligne viendront part la suite enrichir les deux volumes.

Sommaire

Autres publications :
Biologie végétale : Nutrition et métabolism
Jean-François Morot-Gaudry, François Moreau, Roger Prat, Christophe Maurel et Hervé Sentenac
Collection Sciences Sup (2009), Eds Dunod

La photosynthèse : processus physiques, moléculaires et physiologiques
Jack Farineau, Jean-François Morot-Gaudry
Collection Synthèses (2006)
> Commander sur Quae.com<

La génomique en biologie végétale
Coordination éditoriale de Jean-François Morot-Gaudry, Jean-François Briat
Collection Science update (2004)
> Commander sur Quae.com<

septembre 2009


Workshop européen sur la chromatine chez la plante :
3 et 4 septembre 2009
, Zurich,

Le colloque "European Workshop on Plant Chromatin" couvrira les dernières avancées scientifiques concernant l'étude de la chromatine chez la plante.

    L'accent sera mis sur la chromatine comme entitée biochimique. Deux sujets majeurs seront au centre de ces rencontres :
    (1) Biochemie de la chromatine (composition du complexe protéique et activité) et
    (2) Cytologie (dynamique de la chromatine et architecture nucléaire).

 

 


Programme (.pdf file) et rapport (.pdf file)

Organisateurs :
Valérie Gaudin (IJPB)
Lars Hennig (ETH Zürich)
Claudia Köhler
(ETH Zürich)

Pour plus d'information, merci de contacter

juillet 2009


 

Hervé Vaucheret a reçu le Grand Prix scientifique de la Fondation Louis D. de l’Institut de France en récompense de ses recherches sur la régulation des gènes par ARN interférence

Directeur de recherche à l'Inra au Laboratoire de Biologie cellulaire de IJPB et responsable de l'équipe épigénétique, Hervé Vaucheret a été honoré le 10 juin 2009 par le Prix Louis D. de l'Institut de France. Ce prix lui a été remis lors de la Séance solennelle de remise des Grands Prix des Fondations de l’Institut de France. Ses travaux ont été présentés par Christian Dumas, membre de l’Académie des Sciences. Un film tourné dans le laboratoire où Hervé Vaucheret mène ses recherches avec son équipe a été projeté. Il partage ce prix avec un jeune chercheur du CNRS du même domaine scientifique dont les travaux sont complémentaires, Olivier Voinnet. Ce prix vient récompenser les travaux pionniers qu’Hervé Vaucheret mène depuis le début des années 90 sur la régulation des gènes par ARN interférence (ARNi), phénomène qui met en jeu une nouvelle classe de riborégulateurs : les petits ARN. La Fondation Louis D., créée en 1999, permet d’encourager chaque année des travaux de recherche dans les domaines scientifique et culturel ou humanitaire. Le Grand Prix scientifique décerné à Hervé Vaucheret contribuera à approfondir ses travaux à l’échelle moléculaire et à développer des recherches concernant l'adaptation des plantes aux stress biotiques et abiotiques qui menacent les productions agricoles, en tirant partie de la biodiversité des petits ARN.

Hervé Vaucheret est l’un des précurseurs et un des leaders mondiaux de ce nouveau domaine scientifique en plein essor : la régulation de l’expression des gènes par les petits ARN. Ce mécanisme naturel qui permet de lutter contre l’envahissement d’information génétique étrangère, redondante ou mobile a été découvert chez les plantes (arabidopsis, pétunia, tabac, tomate) au tout début des années 90 lorsqu’une poignée de chercheurs européens, dont faisait partie Hervé Vaucheret, a mis en évidence un surprenant phénomène d’interférence, totalement inconnu jusque là : l’extinction de l’expression d’un gène en présence d’un transgène homologue. L’équipe de Hervé Vaucheret a participé à la compréhension et à l'étude de plusieurs types de réseaux de régulation impliquant des ARN de petites tailles : siARN de 24 nucléotides conduisant au blocage de la transcription de l’ADN en ARN messager (voie TGS), siARN et miARN de 21 nucléotides permettant la dégradation des ARN messagers ou au blocage de leur traduction en protéines (voie PTGS). Les chercheurs s’intéressent maintenant aux rôles naturels de ces mécanismes et en particulier à la réponse des plantes aux stress biotiques et abiotiques. Le contrôle naturel de l’infection virale chez la plante, connu depuis plus d’un siècle, restait jusque là inexpliqué puisque la plante ne possède pas de système immunitaire basé sur des anticorps, contrairement à l’animal. Ce phénomène implique, chez la plante, une récupération conduisant au développement de tissus sains résistants à la surinfection virale grâce à la transformation de l’information génétique virale en siARN de 21 nucléotides permettant à la plante de dégrader l’ARN viral. Par ailleurs, la plante possède un registre de petits ARN endogènes qui lui permettent de répondre à divers types de stress abiotiques (salinité, carence en cuivre, phosphate, sulfate, etc).
Il y a 20 ans, la régulation de l’expression des gènes par les petits ARN était totalement inconnue. Il a fallu développer de nouveaux concepts et un nouveau langage pour comprendre ces mécanismes fondamentaux de régulation que tous les biologistes ont maintenant intégré dans leurs raisonnements, quelque soit leur sujet d’étude. De surcroît, ces travaux ont permis de développer des techniques d’extinction de gènes basées sur l’utilisation des petits ARN qui sont aujourd’hui couramment utilisé en recherche fondamentale ou appliquée. La biodiversité et la richesse adaptative du monde végétal, ainsi que son rôle essentiel pour la biosphère font des plantes un sujet d'étude considérable tant en recherche fondamentale que pour l'agronomie et l'environnement.


Pour en savoir plus
Lire le résumé du travail de l’équipe,
Lire l'actualité du site de l'Institut de France avec le film/inteview d'Hervé Vaucheret réalisé au laboratoire
Ecouter l'interview d'Hervé Vaucheret sur Canal Académie : son parcours, ses travaux et leurs applications possibles
Lire le portrait d'hervé Vaucheret réalisé à cette occasion sur le site de l'INRA

De nombreux prix ont déjà récompensés ses travaux :
Médaille d’Argent du CNRS 2005, Prix Eugénie de Rosemont des Universités de Paris en 2004 et Grand Prix Jaffé de l'Académie des Sciences en 2003.
Il est aussi membre permanent de l’EMBO (European Molecular Biology Organization) depuis 2005 (voir l’actualité IJPB).

juin 2009


Génétique moléculaire des plantes

F. Samouelian, V. Gaudin, M. Boccara
Collection Syn
thèse

Cet ouvrage de synthèse offre au lecteur un panorama de la génétique moléculaire végétale en replaçant son essor dans le contexte historique : des premières lois de Gregor Mendel sur l'hérédité au milieu du XIXème siècle à la découverte de nouveaux mécanismes de régulation épigénétique via les petits ARN interférents (ARNi).

La diversité et la richesse adaptative du monde végétal, ainsi que son rôle essentiel pour la biosphère font des plantes un sujet d'étude considérable tant en recherche fondamentale que pour l'agronomie et l'environnement. Les végétaux sont un matériel de choix pour étudier l'hérédité et ses mécanismes. Quelques espèces végétales de référence accompagnées de données clés sont évoquées en introduction. Un "fil rouge" sur la voie métabolique des anthocyanes illustre l'ouvrage. Ce livre s'articule autour de deux thèmes : une synthèse sur les génomes végétaux et leur régulation, puis les outils de la génétique moléculaire végétale. Cette seconde partie est agrémentée par des encadrés retraçant des expériences concrètes comme celle établissant le rôle du plasmide Ti d'Agrobacterium tumefaciens, agent naturel de la transgenèse. Le livre est aussi enrichi d'annexes qui synthétisent des notions de base en biologie et génétique végétale et d'une bibliographie avec des articles qui ont fait date dans le domaine. Il se veut accessible à un lectorat scientifique très large possédant quelques bases de biologie ; il s'adresse plus particulièrement aux étudiants des universités et enseignants de biologie ou biotechnologie.

Langue française - Editeur Quae - ISBN-13 978-2-7592-0294-2 - Année de publication 2009 - Prix 35,00 € - Sommaire > Commander sur Quae.com<

mai 2009


Accueil à l'IJPB de Monsieur le sénateur Alain Vasselle le 9 avril 2009 dans le cadre des Jumelages Parlementaires-Scientifiques

Ce partenariat entre l’OPECST et l’Académie des sciences a pour but de mieux faire connaître le monde de la recherche à un parlementaire avec une expérience de terrain et de faire découvrir aux scientifiques la réalité du travail parlementaire. Un trinome a été constitué entre Georges Pelletier (Académicien des sciences, Directeur de recherche émérite de la Station de Génétique et Amélioration des Plantes (SGAP), Directeur du Comité Exécutif Génoplante), Mathilde Grelon (jeune chercheure à la SGAP) et Alain Vasselle (Sénateur de l'Oise, agriculteur, membre de l'OPECST).

En introduction, Pierre-Henri Duée, Président du Centre Versailles-Grignon et David Bouchez, Président de l’IJPB, ont présenté à Monsieur Alain Vasselle l'INRA et le Centre de Versailles-Grignon. Deux flashs ont illustré les thématiques de recherches de l'IJPB : "Comment améliorer la capacité d’utilisation de l’azote par les plantes ?" et "la lignocellulose : énergie et chimie verte". Une table ronde sur les métiers de la recherche réunissait le directeur d'unité, des chercheurs, ingénieurs et techniciens de la SGAP. Il a rencontré l'ensemble des directeurs des unités IJPB lors du déjeuner. L'après-midi s'est déroulé sur le terrain avec la visite d'installations et laboratoires (serres, SGAP, Laboratoire commun de cytologie, Phénoscope et Serre-Expo : lieu d'accueil du public unique à l'Inra). Au cours de cette journée, il a pu découvrir les métiers de la recherche et en mesurer les difficultés, en particulier, la nécessité pour les chercheurs de trouver des financements sur projets pour leurs recherches dans un contexte très compétitif. La recherche de crédits mobilisent les scientifiques sur environ un tier de leur temps, temps qui ne peut être consacré à la production de résultats scientifiques. Monsieur Alain Vasselle a été très intéressé par cette première prise de contact avec le monde de la recherche.

Les scientifiques ont été reçus les 10 et 11 mars 2009 au Sénat et à l'Assemblée Nationale. Ils ont assisté à une séance de questions dans cette dernière et ont aussi pris connaissance du fonctionnement de l'OPECST. Ils seront aussi reçus par Monsieur Alain Vasselle dans sa circonscription de l'Oise.

En 2005-2006, lors de la première session de ces jumelages, un double jumelage avait eu lieu entre, d'une part :
- Michel Caboche (Académicien des sciences, Directeur de l'URGV, Directeur de recherche au Laboratoire de Biologie des Semences (LBS)), Loïc Lepiniec (jeune Directeur de recherche au LBS) et Christian Gaudin (Sénateur de Maine-et-Loire, Vice Président de l'OPECST)
-
d'autre part Georges Pelletier (Académicien des sciences, Directeur de recherche émérite de la Station de Génétique et Amélioration des Plantes (SGAP), Directeur du Comité Exécutif Génoplante), David Bouchez (jeune Directeur de recherche à la SGAP et Président de l'IJPB) et Claude Saunier (Sénateur des Côtes d'Armor).
A la suite de ce jumelage, parmi les chercheurs, Loïc Lepiniec avait été choisi pour faire parti des "pairings" « Scientifiques - Députés européens » qui ont été organisés par l’EASAC en septembre 2007.

Programme de la journée

Pour en savoir plus sur les Jumelages Parlementaires-Scientifiques :
- Jumelages Parlementaires-membres de l'Académie des sciences-Chercheurs, Session 2009
- Colloque "Comment construire la relation science et société"
p 1 à 4
- Jumelages Parlementaires-membres de l'Académie des sciences-Chercheurs, Session 2005-2006

avril 2009 mai 2009


Biologie végétale : Nutrition et métabolisme

Sous la direction de Jean-François Morot-Gaudry, François Moreau, Roger Prat, Christophe Maurel et Hervé Sentenac
Collection Sciences Sup

Ce livre de synthèse traite de la nutrition hydrominérale, de la photosynthèse et du métabolisme intermédiaire des plantes. En quelques chapitres courts et concis, les auteurs présentent, de façon, claire, pédagogique et richement illustrée, les principales connaissances que les étudiants des premières années d’Université, des Classes préparatoires, des Instituts Universitaires de Technologie et de Pharmacie, doivent acquérir. Le chapitre concernant la photosynthèse est plus particulièrement approfondi.

L’objectif principal de cet ouvrage est de donner les bases essentielles de la physiologie végétale et de montrer que les mécanismes biochimiques et moléculaires impliqués sont souvent très proches de ceux de la biologie générale, tout en gardant leur spécificité. Ils ont bénéficié généralement des mêmes avancées de la recherche récente. Notons que le dernier livre paru sur ce thème en Français datait d’il y a plus de 11 ans. La structure de cet ouvrage est attrayante avec des encarts faisant le lien avec la vie quotidienne ou apportant quelques compléments techniques ou historiques, et aussi des zooms des mises en lumières, des notes, des définitions et un résumé sous forme de points clés. Des questions corrigées en fin de chaque chapitre permettent aux lecteurs de valider leurs connaissances. Des annexes sur le site web de l’éditeur complètent les informations des lecteurs qui le souhaitent.
Un second volume à paraître sous peu traitera de la croissance et du développement.

Sommaire

Autres publications :
La photosynthèse : processus physiques, moléculaires et physiologiques
Jack Farineau, Jean-François Morot-Gaudry
Collection Synthèses (2006)
> Commander sur Quae.com<

La génomique en biologie végétale
Coordination éditoriale de Jean-François Morot-Gaudry, Jean-François Briat
Collection Science update (2004)
> Commander sur Quae.com<

mars 2009


Un mécanisme simple d’incompatibilité entre individus démontré chez la plante modèle Arabidopsis thaliana pourrait expliquer l’apparition naturelle de nouvelles espèces

L'équipe d’Olivier Loudet vient de prouver que la duplication puis la translocation d’un gène dans le génome de la plante modèle Arabidopsis thaliana (ou arabette des dames) peut engendrer une incompatibilité entre individus. Ces résultats nouveaux auront un impact considérable sur la façon d'envisager les mécanismes d’apparition de nouvelles espèces chez les plantes (spéciation). Ce travail a été publié dans la revue Science du 30 janvier 2009 (*) en collaboration avec une équipe de l’Université de Nottingham.

Lorsque des individus appartenant à des espèces différentes ou à la même espèce sont croisés, il est courant d'observer que certains descendants ne sont pas viables ou ne sont pas (totalement) fertiles. Ces phénomènes ont tout d’abord été simplement décrits.
Pendant très longtemps l’interprétation la plus plausible de ce phénomène d’incompatibilité aux yeux des chercheurs était une interaction négative entre génomes parentaux, plus précisément deux gènes (ou allèles). Une autre interprétation de ce phénomène pourrait résulter de la présence ou de l'absence d’un gène à différents sites (locus). Ce mécanisme restait à prouver en pratique.
Les résultats de l’équipe d’Olivier Loudet ont montré que différentes populations naturelles d'Arabidopsis thaliana avaient divergées quant à la position dans leur génome d'un gène de biosynthèse d'un composé essentiel à la vie de la plante : l’acide aminé histidine (gène HPA). Le gène HPA est présent à deux locus possibles dans le génome d’arabidopsis : sur le chromosome 1 ou 5. Chez ces deux populations d’origine géographique différente, l’une des populations possède le gène sur l’un des chromosomes et la seconde sur l’autre.
Lorsqu’un individu possédant le gène HPA sur le chromosome 1 est croisé avec un individu où il se situe sur le chromosome 5, par le jeu des recombinaisons entre les génomes parentaux, certains de leurs descendants ne possèdent plus aucune copie fonctionnelle du gène et donc ne peuvent pas se développer. L'incompatibilité résulte dans ce cas de l'impossibilité pour l’embryon de se développer en l'absence d'au moins une copie fonctionnelle de ce gène. L’apport d’histidine restaure sa capacité à se développer, montrant ainsi que son incapacité à survire est une conséquence de son incapacité à fabriquer de l’histidine due à l’absence du gène HPA. Pour la première fois, l’équipe a prouvé que ces phénomènes liés à la duplication et à l'extinction de gènes peuvent avoir pour conséquence de produire des incompatibilités allèliques entre individus différents d'une même espèce.

Un fait particulièrement marquant dans ces résultats, c'est la rapidité et la diversité de l'évolution naturelle de ces gènes. Pouvoir observer ces incompatibilités en premier lieu entre individus d'une même espèce peut nous permettre de comprendre comment ceux-ci sont ensuite fixés et participent à la mise en place de barrières de reproduction avec la récurrence de ce mécanisme, isolant en conséquence les populations et conduisant, à terme, à la spéciation.


(*) Bikard et al. (2008). Divergent Evolution of Duplicate Genes Leads to
Genetic Incompatibilities within A. thaliana. Science 323 (5914), 623-626 (PubMed) (Abstract | Full Text | PDF)

Contact : Olivier Loudet
Site de l'équipe : variation et tolérance au stress abiotique

30 janvier 2009


Archives Actualités : 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004

 


© INRA 2010
retour page d'accueil IJPB