généralités
  accès
  comité de direction
  offres d'emploi
  enseignements
  publications
  Contacts
  morphogenèse, signalisation, modélisation
  dynamique et expression des génomes
  adaptation des plantes à leur environnement
  reproduction et graines
  paroi végétale, fonction et usage
  secrétariat
  communication
  informatique
  atelier
  laverie
  magasin
IJPB
msm deg ape rg pave
iNRA
présentation pôles Observatoire du Végétal services communs intranet liens actualité
 

 

 

 

Les équipes du pôle APE « Adaptation des Plantes à leur Environnement » étudient les réponses des plantes aux contraintes du milieu d'un point de vue physiologique, métabolique et développemental, en utilisant essentiellement des approches génétiques, génomiques et moléculaires. Nous sommes tout particulièrement intéressés par les contraintes physiques (abiotiques) du milieu, comme celles liées à la limitation de la disponibilité de l'azote et/ou de l'eau, au froid, au stress osmotique, etc... Nous nous intéressons aussi aux contraintes biologiques (biotiques) au travers des relations mal connues entre le métabolisme azoté et le processus infectieux de microorganismes pathogènes nécrotrophes (bactéries et champignon). Notre but est de comprendre quels sont les mécanismes mis en place par les plantes pour répondre à ces contraintes et quels sont les gènes qui contrôlent ces réponses, ainsi que leur diversité naturelle. Nous voulons aussi analyser l'intégration de ces régulations au niveau de la plante entière et suivre les paramètres qui gouvernent la croissance de la plante (au niveau foliaire, racinaire) et la mise en place du rendement ou de la fitness. Nous travaillons essentiellement sur l'espèce modèle Arabidopsis thaliana, ainsi que sur le maïs en tant que plante cultivée d'importance majeure. A différents niveaux, le pôle APE a des compétences particulièrement fortes sur le métabolisme de l'azote et son recyclage, l'efficacité d'utilisation de l'eau, la génétique quantitative et l'analyse de la variabilité naturelle, la signalisation phloémienne,...

 

Equipes

L’équipe « Gestion de l'azote et productivité végétale » (GAPV) cherche à identifier les étapes limitantes de l’absorption, de l'assimilation et du recyclage de l'azote au cours de la croissance et du développement des plantes en général, et des céréales en particulier. L'objectif général est de mieux comprendre et d'améliorer l'efficacité de l'utilisation de l'azote (NUE: «Nitrogen Use Efficiency») chez le maïs et chez le blé.

L'équipe « Interactions azote-pathogènes » (NPI) étudie les mécanismes et le contrôle génétique des relations entre la nutrition azotée et les processus infectieux nécrotrophes chez arabidopsis.

L’équipe « Phloème, Transport et Signalisation » (PATS) étudie des protéines phloémiennes intervenant dans la régulation des flux de sève dans les tissus vasculaires, et dans la répartition des sucres. Le rôle de ces protéines dans l’adaptation aux stress et dans le développement et l’architecture de la plante est également étudié.

L’équipe «Signalisation, Transport et Utilisation de l’Azote » (NUTS - Nitrogen Use, Transport and signaling) étudie, par une approche de physiologie moléculaire, la croissance et le métabolisme des plantes, de la racine à la graine, cultivées dans différentes conditions d’apport en azote. Nous focalisons nos efforts sur le transport du nitrate et du nitrite dans la plante entière et sur la signalisation de la carence en azote. Enfin, nous exploitons la variabilité naturelle d’Arabidopsis pour identifier et étudier les stratégies d’adaptation à une nutrition azotée limitante.

L’équipe «Senescence, autophagie, recyclage nutritionnel et efficacité d’utilisation de l’azote » (SIREN) étudie les mécanismes et le contrôle génétique du recyclage et de la mobilisation des nutriments azotés au cours du développement et en réponse aux facteurs de l’environnement. L’équipe s’intéresse notamment au rôle des enzymes glutamine synthetase et asparagine synthetase dans la mobilisation des sources d’azote organique, au rôle de l’autophagie dans le recyclage de l’azote protéique et à la régulation nutritionnelle par la voie de signalisation de la kinase TOR (Target Of Rapamycin).

L'équipe « Variation » (VAR) met en œuvre des méthodes de génomique, de génétique classique et quantitative ainsi que de bioinformatique pour comprendre le fonctionnement de gènes et de réseaux de gènes impliqués dans l’expression de caractères complexes comme les réponses aux stress abiotiques (sécheresse, froid, ...) et pour comprendre aussi leur régulation épigénétique. La variabilité naturelle existante chez Arabidopsis thaliana et la tomate (Solanum lycopersicum) est tout particulièrement exploitée afin d'identifier de nouveaux mécanismes ou de nouveaux acteurs de ces voies.

Intranet : animation scientifique - Programme des séminaires

 

 

 

 

 

 

 
 généralités
 accès
 contact
 équipes
 publications

 


© INRA 2010
retour page d'accueil IJPB